Les Cadastres d'Orange


 

La grande carte romaine
 
Les cadastres gallo-romains
 
 


 

Le musée municipal d'Orange peut s'enorgueillir de posséder les plus belles et les plus grandes cartes romaines authentiques que l'on connaisse. Ce trésor archéologique a suscité au moment de sa découverte un intérêt considérable dans la communauté mondiale des antiquisants. André Piganiol, qui a participé à la reconstitution de ces plans de marbre brisés en centaines de fragments, souligne dans une synthèse remarquable qu'ils constituent des archives «telles que n'en possède dès à présent aucune autre cité de l'Empire romain». Il n'hésite pas à les comparer au grand plan de Rome aujourd'hui disparu, en remarquant «qu'il y avait (ici) au moins trois cadastres affichés». Depuis, ces documents uniques qui devraient être classés monument géographique dans le patrimoine mondial des Sciences, n'ont pas toujours trouvé chez nous, en France, leur juste place. On se propose ici d'en faire une relecture en superposant ces documents cartographiques au paysage actuel. Le génie des géomètres romains et leur héritage y transparaissent toujours, après presque deux millénaires d'oubli.

Les 3 plans cadastraux d'Orange
Fig. 22 : Localisation des trois plans cadastraux sur une carte au 1/255 000e